Mes études

Passionné d’histoire depuis toujours, j’ai été très rapidement attiré par l’histoire locale, la micro-histoire. Il me semblait qu’il y avait un fossé entre les publications régionales, aux récits souvent centrés sur le rattachement du pays étudié à l’histoire de la nation, et la description de ce qu’avaient vécu nos ancêtres dont le monde se limitait pour une bonne part, sauf rares exceptions, à leur « petit » pays.  Ce qui m’intéressait, c’était l’histoire de ces « petits » pays tous marqués de spécificités originales. La généalogie m’a permis de m’y immerger totalement, m’obligeant à découvrir la géographie, l’économie, la sociologie toutes très locales. Car, immanquablement, tout chercheur débordera très vite du cadre familial. Il cherchera à comprendre le monde dans lequel vivaient ses ancêtres et donc la société de leur époque.

 

Cette connaissance devient d’ailleurs indispensable au généalogiste qui, s’il la néglige, risque de commettre des erreurs grossières, non seulement dans la compréhension de ses prédécesseurs mais aussi, aussi curieux que cela puisse paraître, dans l’établissement des lignées.

 

Toujours motivées au départ par la généalogie, mes incursions dans l’histoire de gens ou de lieu (tels mon étude sur l’histoire de la commanderie de Maisonnisses, ou mes « entremets » de Harispe avant Harispe) participent totalement de ma démarche globale.

 

Vous les trouverez dans ces pages, classées par région.